Prêt à jeter

obsolescence programméeUn article qui ne s’abîme pas est une tragédie pour les affaires

Savez-vous que la plupart des produits de consommation, comme les ampoules électriques, les imprimantes d’ordinateurs ou encore même les produits Apple ont une durée de vie volontairement limitée pour en augmenter la consommation ? C’est ce qu’on appelle « l’obsolescence programmée », un modèle économique inventé dès 1920. Les partisans de cette théorie affirment « qu’un article qui ne s’abîme pas est une tragédie pour les affaires ». Mais comme le démontre cette enquête, c’est surtout une tragédie pour les consommateurs et pour l’environnement.

Dans les pays occidentaux, on peste contre des produits bas de gamme qu’il faut remplacer sans arrêt. Tandis qu’au Ghana, on s’exaspère de ces déchets informatiques qui arrivent par conteneurs. Cepedant, ce modèle de croissance aberrant qui pousse à produire et à jeter toujours plus ne date pas d’hier. Dès les années 1920, un concept redoutable a été mis au point : l’obsolescence programmée. Peu à peu, on contraint les ingénieurs à créer des produits qui s’usent plus vite pour accroître la demande des consommateurs.

Ainsi, à travers différents exemples historiques, tels que le cartel de Phoebus et les bas nylons de DuPont, la réalisatrice allemande décrit l’émergence du concept d’obsolescence programmée. Les interventions d’experts tels que l’économiste Serge Latouche ou le designer John Thackara permettent de comprendre ce phénomène dans le contexte actuel et son implication dans notre société de consommation. Par ailleurs, le reportage étudie également les enjeux écologiques des déchets électriques et électroniques. Notamment à travers l’exemple d’immense décharges à ciel ouvert en Afrique de l’Ouest.

Pour en savoir plus: Produits Durables

Prêt à jeter – The Light Bulb Conspiracy réalisé par Cosima Dannoritzer – 2010

Un Commentaire

Un Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.